Le TGV, tel un serpent de mer ...

 
J' mon terroir,
je dis NON à la LGV-LNPCA 
TGV Serpent de mer
Stop TGV Coudon
contre la LGV PACA

**********

Infos

Mardi 28 janvier 2020

Union pour un RER métropolitain à Toulon

"Union pour un RER métropolitain à Toulon", voilà le nom choisi ce vendredi soir par le nouveau et inédit groupe de travail qui s'est créé. 

En effet, des anti et des pro ligne nouvelle  ferroviaire region sud se sont réunis avec un objectif commun : Informer sur la réalité de la mascarade actuelle à propos du futur RER toulonnais et proposer des solutions techniques viables aux élus et responsables de sncf réseaux. 
Dans le cadre du projet de ligne nouvelle, les trois métropoles de Marseille, Toulon et Nice demandent la création d'un RER de type parisien pour une meilleure déserte locale. 
Le groupe dénonce la grande pauvreté d'un des trois projets, celui du projet toulonnais. Pauvreté masquée par certaines annonces triomphantes d'élus. En effet, pour tous les spécialistes présents, le RER toulonnais doit aller à minima jusque vers Bandol. Rappel : la propositon actuelle ne dépasse pas Ollioules (et encore il semblerait que la municipalite d'Ollioules s'oppose aux installations du terminus ferroviaire). 
De plus, comment accepter de payer un projet de ligne nouvelle à plus de 15 milliards (coût total du projet) et d'avoir une retombée pour le Var de... 185 millions d'euros et zéro euros pour la gare de Toulon centre ! Et cela alors même que les améliorations du réseau classique sont financées dans les Alpes-Maritimes à hauteur de 589 millions et 2 307 millions pour les Bouches-du-Rhône (infos officielles page 70 du dossier de concertation du projet, dossier distribué par sncf réseaux). 
 
Toulon va donc payer la note sans passer à table ! 
 
En 2001, le projet du RER toulonnais présenté était beaucoup moins onéreux et beaucoup plus ambitieux ! 
Il prévoyait deux fois plus de trains par heure que le projet actuel ! Le RER métropolitain devait alors être mis en service dès 2010...
 
A ce jour, Sncf réseaux, avec l'aval des élus, présente un projet pour une mise en service en 2030 ! Et avec un réseau réduit et des services mal adaptés (pas de ré-ouverture de la gare de la Farlède par exemple). 
Chercher l'erreur... 20 ans d'attente pour une montagne qui accouche d'une souris.  Un manque d'intermodalité, un prix démesuré... Halte au MASSACRE ! 
 
Le groupe de travail présidé par :
- Olivier Lesage (anti ligne nouvelle, président associatif )
- et Jean-Pierre Malaspina (pro ligne nouvelle, expert ferroviaire )
va proposer dans le courant de l'été avec les associations qui souhaitent le rejoindre des solutions pour un vrai RER métropolitain à Toulon. 
 
Contact:
 

Concertation LNPACA

Le Comité des financeurs du projet de Ligne Nouvelle Provence Côte d’Azur (LNPCA), présidé par le préfet de région Pierre Dartout, s’est réuni le 1er avril 2019 en préfecture de région Provence-Alpes-Côte d'Azur en présence des différents cofinanceurs. 

Il a acté le lancement de la phase d’information et de participation du public sur les aménagements des phases 1 et 2 de la LNPCA qui se tiendra du 12 juin au 18 octobre 2019 et dont l’objectif est de permettre au maître d’ouvrage de recueillir l’avis du public sur ces aménagements.

Pour connaître tout le dispositif d'information et de participation du public, les dates des réunions, les ateliers, les expositions, les permanences, rendez-vous >>> sur le site de la LNPACA.

Stop TGV Coudon : qui sommes nous ?

La LGV, ligne à grande vitesse, en PACA avec ses nombreuses péripéties, est un sujet crucial qui passionne.
Son impact sur nos finances et sur notre environnement et si important qu’elle conditionne notre avenir et nous concerne tous.
 

1 - Historique de l’association

L’association Stop TGV Coudon a été créée en 2005, à l’issue du débat public, quand nous avons appris que pour rallier Nice, le tracé préféré des décideurs n’était aucun de ceux présentés au débat mais un nouveau tracé perforant le Coudon pour sortir en Viaduc à La Farlède et se diriger vers une gare multimodale située à La Grande Tourrache.
Nous avons été rapidement rejoints par de nombreux adhérents, pour dénoncer ce projet extrêmement dangereux pour nos finances et notre environnement.
Nous avons activement participé aux groupes de travail mis en place par RFF pour dénoncer toutes les contraintes et tous les risques d’une LGV pour le Var et en particulier de ce tracé si dangereux et si onéreux.
 

2 - Les tracés

Les décideurs avaient  proposé au gouvernement un tracé direct Aix Nice, le long du couloir de nuisance créée par l’autoroute A8, tracé jugé moins nuisant et plus réaliste.
Mais devant la levée de boucliers des élus concernés ("pas de ça chez nous !"), le gouvernement a nommé un médiateur qui a favorisé le choix final pour le tracé sud, appelé aussi tracé littoral ou des métropoles du Sud.
Le fuseau de passage proposé mesure actuellement 7 kilomètres de large. En fonction du positionnement de la gare dans l'agglomération toulonnaise et des conclusions des études techniques, il sera réduit à 500 mètres pour la déclaration d'utilité publique.
 
 
Fuseau Toulon Pierrefeu
Fuseau Toulon Pierrefeu
 


Comment ne pas redouter que la LGV perfore les montagnes et balafre les plaines et les vignobles à l’Est de Toulon comme à l’Ouest ?

Nous devons rester éveillés, vigilants et très mobilisés.

 

3 - Le bilan

A l’heure du Grenelle de l’environnement, nous pensons que ce projet n’est pas écologique.
- Le gain de temps n’est pas suffisant pour assurer un report modal de l’avion vers le train.
Même si les gares étaient au centre ville, rapidement accessibles, ce qui est loin d’être acquis,
Le train ne serait toujours pas concurrentiel.
- Le coût est déraisonnable, largement à la charge des collectivités et des contribuables, peut-être de l’ordre de 10000 euros par foyer fiscal, il condamnerait tous les autres projets.
Faut-il dépenser tant de milliards pour gagner quelques minutes ?
- L’impact sur notre environnement et cadre de vie est trop important.
Compte tenu de son emprise ce projet impacte gravement nos paysages, les zones rurales comme sur les zones urbaines qu’il expose à une pollution sonore et visuelle.
Il menace la nappe phréatique ainsi que des zones et espèces protégées comme la plaine des Maures.

Le bilan avantages inconvénients condamne ce projet où qu’il passe ( nous refusons toute guerre de sécession, nordistes ou sudistes nous sommes tous varois et contribuables donc solidaires).
 

4 - Conclusion

C’est un projet politique qui ne répond pas aux attentes de la plupart des varois, qui ne veulent pas regarder passer les trains et qui n’ont pas besoin de la grande vitesse pour se déplacer au sein de leur région.
C’est pourquoi nous proposons des solutions alternatives et l’amélioration rapide, urgente du réseau TER,
Encore 2 mots : vigilance et mobilisation.

Pour l’association,
Le président
Olivier Lesage